Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2015

De l'indignation à l'engagement...il n'y a qu'un pas à franchir !

La séquence électorale qui vient de se fermer devrait ouvrir des portes plus audacieuses de régénération de la vie politique. Ce refrain est dans toutes les bouches, à la fois des politiques eux-mêmes mais aussi des journalistes, des acteurs de la société civile et de tous les citoyens. Chacun détient un bout de solution à proposer à partir de l’endroit où il parle. Les hommes politiques vont essayer de traduire dans les faits le fait d’avoir compris que le cumul des mandats est une maladie qu’ils ont envie de guérir. Les journalistes vont continuer, à partir de l’actualité, de commenter le quotidien avec un nombre suffisant de points d’interrogation. La société civile, cette fois-ci, en est sûre, elle va secouer le cocotier pour se faire entendre et travailler à sa reconnaissance. Quant aux citoyens, une majorité estime certainement que le pire a été évité et une minorité (une majorité ?) que rien ne changera.

 

Cette situation n’est, sur le fond, en rien nouvelle mais elle appelle une réaction nouvelle. Christophe Bellon, auteur avec Jacques Barrot en 2012, d’un ouvrage intitulé « De l’indignation à l’engagement. Foi et Politique », rappelle dans la Revue Etudes de décembre 2015 qu’historiquement la crise religieuse s’est doublée d’une crise politique, que la démocratie d’opinion et la démocratie d’émotion ont remplacé la démocratie représentative, et que la crise touche également la société. Mais souligne-t-il en conclusion de son article consacré à la démocratie d’inspiration chrétienne : en dépit de ces périodes de doute et de tensions, de recul voire d’effacement de la démocratie chrétienne, le levain est toujours dans la pâte. Les succès de ce courant ne l’ont pas réduit à l’inexistence. Des bourgeons témoignent d’un renouveau, même s’il n’est pas aisé de les identifier.

 

Un autre ouvrage qui vient de sortir, Mélange de science religieuse (revue trimestrielle, Université Catholique de Lille, tome 72) reprend les réflexions d’un séminaire de la faculté de théologie de 2013 consacré au thème : les chrétiens dans les débats de société d’aujourd’hui. Un article de Maxime Leroy, prêtre et formateur en théologie pratique, cherche à distinguer à partir des figures des postures de l’engagement des chrétiens en politique : engagement comme conséquence de la foi, action comme lieu-source de la foi, action comme réponse à un appel, action comme chemin d’une rencontre. Pour lui cette dernière posture est en train d’émerger parmi les chrétiens engagés en politique. Elle vient après la chute du mur de Berlin et la mise à mal des grands récits du siècle dernier.

 

Oui nous sommes certainement loin des annonces du week-end sur le retour de Bernard Tapie, les convergences au centre de l’échiquier politique, le refus d’une dose de proportionnelle pour les prochaines législatives, les annonces de Cécile Duflot, Xavier Bertrand, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Christophe Cambadélis, etc. Au-delà de tout cela, il y a de la place, beaucoup de place pour l’engagement de chacun. Que Tapie s’engage par le haut médiatique, c’est un signe des temps médiatiques. Mais que de plus en plus de chrétiens saisissent enfin la proposition de Gaudium et Spes : « Ceux qui sont capables d’exercer l’art très difficile mais très noble de la politique doivent s’y préparer sans se soucier de leur intérêt personnel ni des avantages matériels », serait une bonne nouvelle !

Il est important de le faire dans une France, comme le dit Jean-Yves Baziou (MSR, Tome 72), où la "laïcité est la solution politique et juridique qui a permis l’instauration d’un espace public de délibération et de coexistence des citoyens". Cette laïcité à la française offre ainsi d’être « un réservoir de références qui autorise un recours à la diversité, donc à l’altérité des points de vue et des modes de pensée ». De l'indignation à l'engagement...il n'y a qu'un pas à franchir !

Denis Vinckier

Président des Semaines Sociales Nord-Pas-de-Calais

Membre du Conseil d'Administration des Semaines Sociales de France

08/09/2015

La session des Semaines sociales de France arrive à grands pas !

citations_tout-est-possible-a-celui-qui-croit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers amis des Semaines sociales,

 

La session des Semaines sociales de France arrive à grands pas !

Il ne reste que quelques jours pour vous inscrire à cette rencontre d'envergure à l'Unesco.

(Attention, impossible de s'inscrire sur place !)

 

Quelques mois après la publication de l’encyclique «Laudato Si'» du pape François, et quelques semaines avant la conférence internationale Paris Climat 2015, la session abordera la question de la sauvegarde de la «maison commune» sous un angle nouveau : celui du dialogue entre les religions et les cultures.

 

patronage_unesco_fr

 

 

 

Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde

2, 3 et 4 octobre 2015

Paris

 

06/09/2015

Sortie de la BD de Léon Harmel !

WP_20150906_09_56_38_Pro.jpgAssociation des Amis de Léon Harmel

31 Avenue Thierry

92 410 ville d'Avray

amisdeleonharmel@gmail.com

 

Colloque à Reims le 14 novembre prochain !

01/09/2015

Cathos et FN : Pourquoi et comment faut-il se vacciner rapidement ?

Par Denis Vinckier *

Photo Denis Vinckier.jpgJe sais que donner de la voix à un débat c’est aussi l’amplifier. Pourquoi donc réagir aussi fort au fait que « des » catholiques aient ainsi donné une tribune à un leader du FN ?

D’abord parce que l’observatoire socio-politique du diocèse de Fréjus-Toulon de Mgr Rey (en partenariat avec les Dominicains de la Sainte Baume) se définit comme un lieu propice à l’engagement des chrétiens en politique, avec notamment des formations et des conférences sur la Doctrine Sociale et des thèmes d’actualité. Comme Président des Semaines Sociales Nord-Pas-de-Calais et ancien élu, je me sens doublement interpellé. Il y a, en effet, dans la vie de l’Église un certain nombre de textes conçus et voulus pour mettre en chemin les chrétiens. Avec un objectif : résoudre les questions concrètes et souvent douloureuses du monde. C’est toute la longue tradition des encycliques dites sociales des Papes, la dernière en date étant celle du Pape François Laudato Sii, que de proposer ces voies d’engagement sur la base d’un appel et d’un diagnostic solide. De ce premier point de vue, je n’ai jamais perçu que la doctrine du FN était compatible avec les grands principes de l’enseignement social de l’Église. Mais j’y reviendrai.

Lire la suite sur .....http://latribunedessemaines.fr

* Attentif à la vie des Semaines sociales en Nord-Pas-de-Calais depuis leur relance dans les années 90, Denis Vinckier a rejoint le Conseil d’Administration en 2010. Il est devenu Président des Semaines sociales Nord-Pas-de-Calais, associées aux SSF, en 2013. Il a intégré le conseil d’administration des SSF en juin 2015.

Denis Vinckier est aujourd’hui conseiller au cabinet du Président-Recteur de l’Université Catholique de Lille, après avoir été directeur du Patrimoine de l’Institut Catholique de Lille et responsable qualité.

Engagé politiquement d’abord comme Collaborateur de Sénateur de 1995 à 2007 (André Diligent 1995/2002, Valérie Létard 2002/2007), il a été Conseiller Général du Nord de 2001 à 2008, puis conseiller municipal délégué à la démocratie participative à Lomme (30.000 habitants) de 2008 à 2013.

21/08/2015

Eugène...

Eugène.jpgEn cliquant sur le fichier joint, vous allez en savoir plus sur Eugène...