Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2017

Vers une identité aux multiples visages...

3941CB67-A52A-40EF-B623-F6B229C7DD93.png

Construire une Europe qui marche....à l’endroit, est-ce possible ?

espol.jpgESPOL avait invité, le jeudi 19 octobre 2017, le chef d’orchestre de la 92ème session des Semaines sociales de France pour parler…d’Europe. Accueilli par Alexis Massart, directeur de l’école, Philippe Segretain s’est prêté au format des rencontres du jeudi après-midi pour converser avec une cinquantaine d’étudiants dont une grande majorité d’étudiantes. 90 minutes où il fut question de tout ou presque. Alexis Massart avait prévenu : dans ces rencontres, ni le thème, ni la personnalité de l’invité ne sont des prétextes.

PS2.jpgPhilippe Segretain n’a pas été dans sa vie professionnelle, stricto sensu un militant de l’Europe, mais un acteur de cette espace mouvant. A l’origine de la création d’une société de transports qui s’est développée à l’échelle européenne, il a été jusqu’à présider le comité européen de l’union internationale des transports. Son job, comme il dit, était de s’assurer qu’il parlait bien au nom de l’ensemble des pays qui comptaient. Un rôle utile de tisserand.

PS.jpgPour entrer dans le sujet qu’il a choisi d’éclairer, quelle Europe voulons-nous ? (thème de la session 2017 des Semaines sociales), il rappelle d’abord que l’Europe n’est pas réductible à une frontière. Et d’inviter à la table des échanges tous ceux qui ont pris part à cette construction d’une Union européenne. Avant le second conflit mondial, Aristide Briand qui martèle en 1929 qu’entre peuples regroupés doit exister un lien fédéral et solidaire sans toucher à la souveraineté. Denis de Rougemont qui en 1946 suggère que vue de loin, l’Europe est une évidence. Puis Robert Schuman et Jean Monnet qui s’allient dans une vision de génie. Le pragmatisme économique a donné naissance en 1952 à la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) et à la Communauté Economique Européenne (CEE) par le traité de Rome en 1957.

Tout a roulé ensuite, de l’entrée de la Grande-Bretagne en 1973 après référendum, l’acte unique en 1986 établissant la libre circulation, Maastricht en 1992, Amsterdam en 1999 et Nice en 2001…jusqu’au bug de 2005 : la France rejette, avant les Pays-Bas trois jours plus tard, le traité établissant la constitution européenne. En 2004, les Semaines sociales de France choisissent de « réinventer l’Europe » et personne n’imagine le score de mai 2005 : le OUI n’obtient que 45,32% des suffrages et près de 70% des Français ont voté. Le résultat sans appel fait dire à Philippe Segretain, chargé 12 ans plus tard de reprendre le sujet, qu’à l’époque « nous avons certainement voulu réinventer sans comprendre l’incompréhension grandissante ».

Cet échec est devenu comme un fil rouge pour aborder la session de 2017. Depuis 2005, de nombreux événements, du Brexit à l’affaire Catalane, montrent que quelque chose ne tourne pas totalement rond. L’Europe : une affaire d’élites ? En mars 2017 à Versailles, une initiative des chrétiens pour l’Europe (IXE) tentait de remettre les charrues dans l’ordre en rappelant les acquis européens : longue période de paix, autosuffisance alimentaire, protection des consommateurs et des travailleurs avec des règles, solidarité régionale. Par exemple dans notre région, Valenciennes a fait son métro avec les aides européennes (FEDER). Fort de cela, fort du constat des nouveaux rapports de dominant/dominés dans le monde, fort de l’attention portée à l’Afrique, ces chrétiens pour l’Europe se sont mis en quête de scénarios. La session de novembre s’inscrit dans cette démarche de recherche de ce qui n’a donc pas fonctionné pour inverser la tendance.

PS3.jpgCar l’Europe est nécessaire. Une nécessité à laquelle prend toute sa part le nouveau Président de la République Française. Le discours prononcé à la Sorbonne montre qu’il souhaite prendre des risques pour une utile remise en questions de ce qu’il considère comme une œuvre majeure de l’histoire humaine. D’ailleurs le thème était au cœur de sa campagne électorale. Philippe Segretain s’est démené pour avoir, le dimanche matin de la session des 18 et 19 novembre prochains, la Ministre aux affaires européennes comme grand témoin de cette nécessité de prendre le sujet à bras le corps. Sylvie Goulard qui a une sacrée expérience de l’Europe a récemment posé une bonne question : est-ce que l’Europe n’a pas pris l’habitude de se dégager des contraintes démocratiques ? Reformulée par Philippe Segretain : Peut-on bâtir une citoyenne européenne sur le simple fait que nous avons des droits européens ? Et une autre étroitement liée fuse : certes le marché commun, c’était l’intuition initiale mais peut-on dire que l’économie suffit ?

D’autant que par-delà les marchés, la géopolitique retrouve ses droits. L’Europe n’est plus aujourd’hui réductible à ce qui a permis son lancement. Beaucoup en conviennent : l’Europe est un espace pertinent mais comme le souligne Hubert Védrine, la souveraineté ne se négocie pas forcément au même endroit.

PS4.jpgMais ce que Philippe Segretain a pu offrir de précieux à ses étudiants du jour, ce sont les confidences d’un Pape venu d’Amérique latine qui n’hésite pas à rappeler à ses hôtes que depuis Magellan, le continent les regarde de loin ces européens. Une distance qui permettrait presque une analyse dont François ne semble pas se priver…en s’appuyant sur Emmanuel Levinas, le philosophe né en Lituanie, qui a fait ses études en Russie puis en Ukraine, avant de rejoindre l’Allemagne puis la France. François cherchant certainement à travers cette évocation à dire l’Europe parlant de Levinas. Pour Philippe Segretain, l’évêque de Rome nous rappelle que l’accueil de l’exclu n’est que l’éthique. « Ouvrir sa porte c’est avoir une demeure, comme vous avez une demeure vous êtes en situation d’ouvrir votre porte ». Et François de se faire encore plus précis : « La grand-mère a vieilli. Il faut retrouver la dynamique qui permettra les intégrations ». Il y a au regard de ce qu’ont pu faire les pères fondateurs une forme d’urgence en termes d’invention politique…

L’échange qui a suivi avec les étudiants a permis de préciser un certain nombre de points : l’impôt au service du bien commun, l’intégration de la diversité des trajectoires, les nouveaux sujets pour arriver à parler politiquement, les rencontres concrètes par-delà les frontières, l’investissement en Afrique fait par la Chine. Et Philippe Segretain qui revient d’un voyage instructif à Riga en Lettonie après avoir passé quelques jours à Berlin dans le cadre d’un voyage apprenant, confie adopter la posture d’un agnostique sur le sujet Européen. Sa seule certitude réside dans le vécu commun et le fait que ce qui réunit les peuples est plus important que ce qui les sépare. Mais le chemin sera encore long. Et de dire aux jeunes : « prenez le pouvoir et exigez des politiques qu’ils le rendent ». Une conclusion que n’aurait pas reniée Eugène Duthoit, fondateur de la première école des sciences sociales et politiques de la Catho en 1894 et qui présida les semaines sociales de 1919 à 1944.

Espol2.jpg

03/10/2017

Programme de la 92ème session consacrée à l'Europe

Samedi 18 novembre 2017

 

Fil rouge spirituel tout au long de la session avec frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé

 

  1. L’Europe : promesse, réussites, rejets, espoirs

 

09h00 : Ouverture

Avec Dominique Quinio, présidente des Semaines Sociales de France.

 

09h30 : Une relecture du projet européen

Avec Enrico Letta, ancien premier ministre italien, doyen de l’école des affaires internationales de Sciences Po Paris, président de l’institut Jacques Delors. 

60 ans après le traité de Rome, où en est l’Europe par rapport à ses objectifs initiaux ? L’heure est au diagnostic pour saisir ses réussites et ses fragilités et pour mieux réagir aux nombreux risques qui la menacent. Président de séance : Jean-Baptiste François, journaliste à La Croix

 

10h00 : Débat

 

10h50 : L’Europe au quotidien : l’épreuve du réel

Avec Loïc Armand, président de la commission Europe du Medef et vice-président de L’Oréal en charges des affaires extérieures, Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique et Claude Rolin, député européen, vice-président de la Commission Emploi et Affaires sociales au sein du Parlement européen.

Témoins et acteurs du fonctionnement de l’Union Européenne au jour le jour, les intervenants illustreront à partir d’exemples concrets les réussites et les échecs, notamment dans le domaine social. Président de séance : Clemens Ladenburger, de ZdK (Zentralkomitee der deutschen Katholiken)

 

11h45 : Débat

 

12h15 : L’Europe : un enjeu spirituel 

Avec Jérôme Vignon, président d’honneur des Semaines sociales de France et Frère Alois, prieur de Taizé.

 

  1. L’Europe: les ressources de la culture, les attentes des jeunes

 

13h50 : Goûter d’Europe 

Ecouter, voir, ressentir la littérature, la musique, le cinéma, trois grandes voies d’expressions culturelles et artistiques européennes. Cette séquence se termine par l’intervention d’Antoine Arjakovsky, historien et co-directeur du séminaire Passé et avenir de la civilisation européenne au Collège des Bernardins. 

 

17h00 : Jeunes en Europe 

Avec Cafébabel, le MRJC-Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne, la JOC– Jeunesse Ouvrière Chrétienne, l’Office franco-allemand pour la jeunesse, le MCC-Mouvement chrétien des cadres, les Apprentis d’Auteuil et le groupe jeunes de Taizé.

Des jeunes ont la parole. Quelles sont leurs attentes,  leurs inquiétudes et leur espérance pour l’Europe ?

 

19h00 : Célébration œcuménique animée par la Communauté de Taizé

Fil rouge spirituel tout au long de la session avec frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé.

 

 

 

Dimanche 19 novembre

Fil rouge spirituel tout au long de la session avec frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé

 

  1. Quelle Europe voulons-nous ?

 

9h15 : La vision de l’Europe d’un responsable politique français.

Avec Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes. Président de séance : Jean Christophe Ploquin, rédacteur en chef à La Croix

 

9h45 :   L’Europe : quelle place pour nos nations ?

Avec Michaela Wiegel, correspondante en France du Frankfurter Allgemeine Zeitung et Jean-Marc Ferry, professeur titulaire de la chaire Philosophie de l’Europe à l’Université de Nantes.

Fédéralisme et souverainismes nationaux ont stimulé le débat européen. Comment dépasser ces tensions ?

 

10h25 : Débat

 

11h15 : L’Europe : entendre la parole de l’Eglise

Avec Mgr jean Pierre Grallet, représentant la France à la COMECE – Commission des Episcopats de la Communauté Européenne.

Trois semaines après « (Re)penser l’Europe », une rencontre entre représentants des Églises et responsables politiques. Que dit l’Eglise sur l’avenir et la responsabilité de l’Europe ? Quelle responsabilité de l’Eglise et des chrétiens pour soutenir le projet européen ?

 

11h40 : La voix d’un autre continent

Avec Denise Houphouët-Boigny, ambassadeur, Déléguée Permanente de la Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO et membre exécutif.

Entendre une voix d’un autre continent sur la responsabilité particulière et souhaitée de l’Europe.

 

12h05 : Débat

 

14h30 : L’Europe et ses frontières : défendre, accueillir ? 

Avec Nicole Gnesotto, professeur spécialiste des questions stratégiques européennes, membre du think tank Notre Europe, vice-présidente de l’Institut Jacques Delors.

L’Europe doit prouver sa capacité à répondre aux menaces liées à l’insécurité et gérer les enjeux migratoires. Président de séance : Philippe Segretain, pilote de la session

 

15h00 : L’Europe : quelle responsabilité dans la transition écologique ? 

Avec Gaël Giraud, chef économiste de l’Agence française de développement.

La solidarité et l’écologie sont les conditions préalables à une économie saine. Que doit et peut faire l’Europe ?

 

15h30 : Débat

 

16h00 : L’Europe solidaire : nouvel enjeu pour la démocratie

Avec Michel Barnier, négociateur en chef de la Commission européenne chargé de la conduite des négociations avec le Royaume-Uni.

Comment faire vivre le processus démocratique en Europe ?

 

16h30 : Conclusion  à trois voix   

Avec Henryk Woźniakowski, éditeur et essayiste polonais, Emelyn Weber, responsable du Groupe des organisations étudiantes et mouvements de jeunesse au CESE et Dominique Quinio, présidente des Semaines Sociales de France.

 

Tout savoir sur la session : http://ssf-lasession.org/session-2017/

17/09/2017

14 octobre 2017 : conférence sur Robert STAHL, juste parmi les nations

couv stahl (1).jpgLe samedi 14 octobre 2017,

Médiathèque Grand Plage - Roubaix,

Jacques GEESEN, auteur d'une récente biographie, présente :

Robert STAHL, juste parmi les nations.

14h00 : accueil à  la médiathèque de Roubaix

14h30 : conférence de Jacques GEESEN sur Robert STAHL

15h30 : assemblée générale annuelle des Amis d'André Diligent

17h : pot de l'amitié

 

Invitation à partager

 

03/05/2017

Nous, acteurs engagés du christianisme social et entrepreneurial du Nord de la France...

A la veille du second tour de l’élection présidentielle en France, Nous, acteurs engagés du christianisme social et entrepreneurial du Nord de la France, voulons dire ceci :

« Nous n’avons pas l’habitude de prendre publiquement des positions politiques, mais nos engagements respectifs dans la cité traduisent, au quotidien, notre espérance d’un monde meilleur, bienveillant, solidaire et fraternel. Les thèses nationalistes, faussement protectrices, clairement démagogiques, ne sont en rien les nôtres et nous ne souhaitons pour rien au monde qu’elles puissent, demain, inspirer notre vie nationale.

Au quotidien, nous déployons nos énergies et nous nous mobilisons avec nos équipes pour former des jeunes aux métiers de demain, leur donner du courage, de l'audace, de l'agilité pour les insérer, transmettre des savoirs, guérir des malades, prendre soin des plus fragiles, construire un dialogue entre les religions, entourer des personnes en fin de vie, organiser des solidarités concrètes, redonner de la dignité à des personnes privées pour les unes d’un emploi, pour les autres privées d’un toit, organiser des débats, dynamiser la recherche universitaire, porter ou accompagner des démarches d’innovation dans tous les domaines, etc.

Autant d’activités multiples qui visent à tisser du lien entre les personnes et les générations, à promouvoir la culture et les cultures, à favoriser l’esprit d’entreprendre en respectant les enjeux économiques, écologiques, sociaux et sociétaux, à faire en sorte que l’on puisse partager des valeurs évangéliques qui s’inscrivent clairement dans le pacte républicain français et la construction d’une Europe solidaire. Notre manière de pratiquer nos activités se conçoit comme une contribution à l’ensemble des missions de service public qui animent la société. Vivre ensemble est un bien et pour nous, le service du bien commun est notre devoir.

Dire ensemble aujourd’hui que nous rejetons la vision de Madame Le Pen signifie que nous voulons donner du poids et de la voix à notre message, pour l’amplifier, le partager, le diffuser pour faire gagner le candidat Emmanuel Macron, pour une société ouverte, attentive à toutes les fragilités, tolérante et innovante au service de tous. Une victoire de Madame le Pen représente un risque pour notre pays et pour l’Europe. Nous n’avons pas de consigne de vote à donner. Mais nous avons un devoir d’alerte. Dimanche 7 mai, allons voter ! ».

 

  • Premiers signataires : Jean-Marc Assié, Loïc Aubrée, Daniel Bahurel, Elisabeth Baumelou-Torck, Christophe Bellon, Jean-Bernard Bonduelle, Benoit Bourel, Geneviève Branquart, Pierre-Yves Breuze, Vincent Bufquin, Jean-Charles Cailliez, Françoise Coliche, Max Dauchet, Dorothée Da Silva, Jacky Deboudt, Bernard Declercq, Bernard Delaeter, Alain Deleu, Bernard Deltete, Francis Deplancke, Paul de Puybusque, Michaël Dereux, Jean Duforest, Annick Georget, Pierre Giorgini, Patrick Hautecoeur, Jacques Honoré, Andréas Kaiser, Hervé Knecht, Jean-Louis Landrieux, Guy Langrand, Thérèse Lebrun, Bertrand Lédée, Antoinette et Henri Le Marois, Xavier Lionet, François Mabille, Bruno Maillard, Anne-France Malvache, Alexis Massart, Anne-Marie Michel, Eric Olszak, Didier Peillon, Pascal Percq, Geneviève et Jean Piot-Coliche, Jacques Richir, Benoit Robyns, Jean-Claude Sailly, Jean-Paul Ségard, Stéphane Soyez, Coralie Talma, Jean-Claude Thiriez, Olivier Tranchant, Gaston Vandecandelaere, Jérôme Vignon, Arnauld Vandermersch, Didier Van Peteghem,  Catherine Vialle, ...

 

Pour amplifier le mouvement : Merci de diffuser ce message dans vos réseaux amicaux et sur les réseaux sociaux ! Vous pouvez laisser votre nom dans les commentaires ci-dessous afin que nous vous ajoutions à la liste.