Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2015

Lettre à un ami, lettre à une amie

Cher ami, Chère Amie

 

Avec ce message, je souhaite t'inciter à participer à la prochaine session des Semaines sociales de France. Comme tu le sais, les Semaines Sociales de France proposent chaque année (depuis 1904) une session de trois jours pour approfondir un sujet de société avec nombre de personnalités toujours intéressantes (sociologue, politique, théologien, entrepreneur, acteur associatif). L’objectif est de rechercher des solutions tant individuelles que collectives pour contribuer au bien commun. Ces 3 jours sont toujours un moment intense et convivial de formation et de rencontre.

 

Cette année, la 90e session se déroulera les 2, 3 et 4 octobre à l’Unesco à Paris : Religions et cultures, ressources pour imaginer le monde (www.ssf-lasession.org). Autant dire que son sujet est totalement d’actualité : l’apport des religions à notre société face aux grands enjeux de notre époque.

 

Je me permets de t'adresser ci-dessous une petite présentation et espère que son thème et la diversité de son approche (conférences, ateliers, dialogue, spectacles…) t'intéressera.

 

J’attire ton attention sur l’importance de s’inscrire à l’avance : il ne sera pas possible (cette année) de s’inscrire sur place.

 

En espérant te voir à la session,

Bien amicalement,

 

Denis Vinckier

Président des Semaines sociales Nord-Pas-de-Calais

Membre du Conseil d'Administration des Semaines sociales de France

 

 

Présentation de la session 2015 des Semaines sociales de France :

 

"L'humanité possède encore la capacité de collaborer pour construire notre maison commune."

Laudato Si', Pape François

 

Terrorisme, crise économique, conflits mondiaux, dérèglement du climat... Beaucoup estiment que la mondialisation est en panne, que les négociations internationales patinent, que les religions sont elles-mêmes une menace.

 

Au contraire, nous considérons que les religions et les cultures sont une ressource pour éclairer notre quotidien et notre capacité à surmonter les crises.

 

La session 2015 des Semaines sociales nous invite à entrer en dialogue avec les différentes cultures et religions, pour imaginer ensemble le monde de demain.

 

90e SESSION DES SEMAINES SOCIALES DE FRANCE

RELIGIONS ET CULTURES, RESSOURCES POUR IMAGINER LE MONDE

2, 3 et 4 OCTOBRE 2015 - UNESCO - PARIS

 

- Interventions de Pascal Lamy, Patrick Viveret, Guy Aurenche, Véronique Fayet...et de Fondacio, Coexister, la DCC

- Trio chrétien, musulman, bouddhiste sur la Création

- Ateliers d'échanges interculturels et interreligieux avec de nombreuses associations partenaires

- Fil rouge théologique catholique et protestant

- One-man show humoristique de Pie Tshibanda, congolais réfugié politique en Belgique

- Journée du dimanche consacrée à l'encyclique Laudato si' avec notamment Daniel Cohn-Bendit qui dialoguera avec Mgr Monsengwo de Kinshasa.

 

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT SUR

WWW.SSF-LASESSION.ORG

(Attention, le nombre de places est limité et il n’est pas possible de s’inscrire sur place)

26/06/2015

2, 3 et 4 octobre à l'UNESO: les enjeux d'une session pas comme les autres !

SSF_BANDEAU_600X120PX.jpgLes enjeux de la session

Transformation des objectifs du Millénaire pour le développement en objectifs du développement durable, conférence de Paris sur le climat, mais aussi multiplication des conflits, durcissement de la menace terroriste sur les hommes et leurs cultures : 2015 est une année clef.

Beaucoup d’avis s’expriment pour dire que la mondialisation est en panne, que les négociations internationales patinent, que les religions sont elles-mêmes une menace.

Et si nous recherchions un autre angle de vue ?

Car les défis sont peut-être d’abord culturels, c’est-à-dire de l’ordre de la représentation que l’on a de sa relation à soi et aux autres.

Nos enjeux vitaux pour la planète, pour les hommes d’aujourd’hui, notamment les plus pauvres, pour les générations futures, ne sont-ils pas à regarder en priorité sous l’angle de la justice et de la fraternité ?

Considérons les religions, sagesses et cultures, face à la mondialisation, comme une chance.

Comment éclairent-elles à la fois notre quotidien et notre capacité à nous situer dans un monde global ? Quelles ressources offrent-elles dans la perspective d’un imaginaire commun, pour surmonter nos crises ?

Les 2, 3 et 4 octobre prochain, la 90e session des Semaines sociales de France ouvrira ses portes à tous ceux, qui, croyants ou non, souhaitent entrer en dialogue, reconnaître les richesses de l’autre et chercher une nouvelle voie pour imaginer ensemble le monde de demain.

Tout savoir, s'inscrire: http://ssf-lasession.org/

 

Une BD de Léon Harmel pour les grands et les petits !

I-Grande-132791-leon-harmel-apotre-de-la-doctrine-sociale_net.jpg

Bon de souscription auprès des Amis de Léon Harmel

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Harmel

 

 

Une encyclique sociale sur l'écologie à découvrir et à travailler !

Des phrases clés de ce texte:

1 ● «J'adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l'avenir de la planète. Nous avons besoin d'une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous.»

2 ● «Il existe un consensus scientifique très solide qui indique que nous sommes en présence d'un réchauffement préoccupant du système climatique (…) L'humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation, pour combattre ce réchauffement ou, tout au moins, les causes humaines qui le provoquent ou l'accentuent.»

3 ● «Il y a, en effet, une vraie “dette écologique ”, particulièrement entre le Nord et le Sud, liée à des déséquilibres commerciaux, avec des conséquences dans le domaine écologique, et liée aussi à l'utilisation disproportionnée des ressources naturelles, historiquement pratiquée par certains pays.»

4 ● «La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante. La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l'échec des Sommets mondiaux sur l'environnement.»

5 ● «Tout est lié (…) Toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés. (…) Puisque tout est lié, la défense de la nature n'est pas compatible non plus avec la justification de l'avortement (…) la dégradation de l'environnement et la dégradation sociale, s'alimentent mutuellement.»

6 ● «Le XXIème siècle, alors qu'il maintient un système de gouvernement propre aux époques passées, est le théâtre d'un affaiblissement du pouvoir des États nationaux, surtout parce que la dimension économique et financière, de caractère transnational, tend à prédominer sur la politique. Dans ce contexte, la maturation d'institutions internationales devient indispensable, qui doivent être plus fortes et efficacement organisées, avec des autorités désignées équitablement par accord entre les gouvernements nationaux, et dotées de pouvoir pour sanctionner.»

7 ● «L'heure est venue d'accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d'autres parties.»

8 ● «Les prévisions catastrophistes ne peuvent plus être considérées avec mépris ni ironie. Nous pourrions laisser trop de décombres, de déserts et de saletés aux prochaines générations. Le rythme de consommation, de gaspillage et de détérioration de l'environnement a dépassé les possibilités de la planète, à tel point que le style de vie actuel, parce qu'il est insoutenable, peut seulement conduire à des catastrophes

9 ● «C'est un retour à la simplicité. La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n'est pas moins de vie, ce n'est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire. Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en nous rendant ainsi disponibles aux multiples possibilités qu'offre la vie. L'heure est arrivée de réaliser que cette joyeuse superficialité nous a peu servi.»

10 ● «Il ne suffit pas de concilier, en un juste milieu, la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Sur ces questions, les justes milieux retardent seulement un peu l'effondrement. Il s'agit simplement de redéfinir le progrès

02/06/2015

Quel modèle social inventer pour accompagner la transition fulgurante ?

invitation débat 1 avril v2.jpg