Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2014

Précarité et démocratie…un thème à ne jamais lâcher !

Les Semaines Sociales de France avaient consacré la session annuelle 2012 à la démocratie. Notre idée est de poursuivre le travail sur cette question en regardant comment la précarité fragilise la démocratie. Première étape d’un travail de plus longue haleine…

Pour avancer sur le sujet, un terrain d’expression a été trouvé. Tourcoing avec ses difficultés sociales mais aussi un tissu très riche d’associations qui luttent contre la précarité grandissante. Tous ces acteurs ont été réunis le 16 janvier au Centre Pastoral St Benoit pour croiser les regards, les constats, les appréhensions aussi. Les chevilles ouvrières de cette première rencontre : le Père Samain, prêtre de la paroisse, Bernard Delebecque et Patrick Delnatte, tous deux anciens élus de la ville. Pour les trois, une envie de sensibiliser les chrétiens à l’approche des élections communales.

626888381_1071630-les-visage-509bd50e.jpg

Sur la base de ce premier constat, une seconde soirée a réuni les mêmes acteurs et deux témoins complémentaires : Nicolas Ketelers, délégué diocésain du Secours Catholique et François Mabille, enseignant-chercheur à l’Université Catholique de Lille.

 

Le premier qui coordonne 44 lieux de présence sur le diocèse fédérant 850 bénévoles en lien avec 30.000 personnes rencontrées avec un revenu moyen mensuel est de 400 € (dont 27% sans logement stable et 49% avec des impayés, moins de 10% en situation de travail et seulement 1% en contrats aidés), confirme une augmentation de +25% des demandes de secours dans le cadre d’une crise qui dure, le poids des familles monoparentales, la précarité des jeunes. Dans la région, une personne sur cinq est tout simplement concernée par la pauvreté monétaire. Malgré tous les dispositifs de protection, le délitement est de plus en plus prononcé. Un peu comme si les institutions s’éloignaient des bénéficiaires. L’INSEE confirme année après année que les revenus des plus pauvres ont baissé. Et les Français sont bien conscients que les inégalités s’accroissent. Pour Nicolas Ketelers, dans la dynamique de Diaconia, il faut changer le regard sur les personnes en précarité.

 

526x297-CNh.jpgFrançois Mabille, de son côté n’est pas étonné par ce constat négatif. Le chercheur rappelle que nous vivons dans une république démocratique et sociale, ce qui implique que la démocratie ce n’est pas uniquement le vote mais aussi et avant tout l’égalité des droits. Dans un autre contexte, ce sont des difficultés sociales similaires qui avaient amené il y a plus d’un siècle l’émergence des catholiques…sociaux…pour appréhender de dures réalités sociales.

Comment les précaires se situent-ils par rapport aux enjeux politiques ? La France compte aujourd’hui 5 millions de mal logés et 1 million de personnes qui ont froid. 300 millions de repas sont servis chaque année et de plus en plus toute l’année. La pauvreté est un état rappelle François Mabille. 16% de la population européenne vit en dessous du seuil de pauvreté. La précarité est une incertitude, un risque. Les dispositions d’écoute et d’accueil sont essentielles. Le lien social consiste à participer. Comment le faire avec des chiffres là ? On a davantage affaire à des personnes désocialisées qui survivent…

François Mabille confirme les propos de Nicolas Ketelers sur les inégalités en hausse, constat qui s’installe alors même que tous les revenus ne baissent pas. L’accroissement est également tangible au niveau de l’insertion et de l’éducation. Les deux inégalités les plus stables si l’on peut dire, concernent la santé et les écarts de salaires.

S’agissant de la précarité, chaque pays a sa définition ou presque. L’approche française est davantage ancrée dans l’histoire de l’état providence. Pour le Père Wresinski, elle consiste en l’addition de plusieurs insécurités. Au Québec, un précaire est privé de ressources, en perte d’autonomie avec atteinte à son intégrité physique. Dans certaines cultures (américaine, suédoise), c’est une forme de partenariat public/privé qui vient garantir le lien social.

Partant de là et si on revient en France, si je j’ai aucune sécurité, aucun acquis, que transmettre à mes enfants ? Pour voter, il faut avoir l’idée d’une utilité quelconque.

S’agissant des élections à proprement parler, au-delà du seuil de 10% d’abstention systématique, il y a ceux qui sortent momentanément et un seuil incompressible qui renvoie à la précarité et à la pauvreté. Les personnes trouvent deux types de protection : l’abstention ou le vote protestataire. Les partis politiques semblent avoir abandonné la dimension de création du lien social.

Du coup les précaires se mobilisent…et leurs mobilisations sont précaires. Parler de ou écouter les précaires ce n’est pas du tout pareil argumente François Mabille. Qui observe parfaitement que le lien social est bouleversé par la précarité…qui est un déni de la citoyenneté. Elle supprime in fine les identités citoyennes. Alain Touraine évoque dans un ouvrage récent la fin de la société ? Pour François Mabille, nos précaires d’aujourd’hui sont comme les ouvriers d’hier. A la recherche d’un soutien et d’un sursaut politique. Qui ne semble pas venir.

Dans le débat, suite à une interpellation sur le fait que ce n’est pas en supprimant les riches que l’on va supprimer les pauvres, Nicolas Ketelers revient sur la nécessaire conversion des regards et l’enjeu consistant à ne pas nier le bénéfice social d’une population. Il évoque les personnes accompagnées à ATD où l’on arrive à redonner du sens collectif. François Mabille souligne l’importance de ces dynamiques où les personnes peuvent parler en leur nom. Un peu comme l’intuition du CCFD où les acteurs ne sont pas là pour parler au nom du sud mais pour s’associer avec des gens qui dans le sud vont parler.

politique%20et%20démocratie.jpgEn conclusion de cette seconde soirée, le Père Samain pouvait brandir le dernier ouvrage de Jean-Luc Deroo et Maxime Leroy intitulé Politique et démocratie, pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire. Et aussi rebondir sur Diaconia pour continuer de donner la parole : personne n’est en effet trop pauvre pour n’avoir rien à partager.

 Si la démocratie est notre bien commun à tous car vivre en société est un bien, alors il y a du boulot ! Ces deux soirées ont mis en évidence l’importance de l’observation des réalités sociales pour en comprendre les ressorts profonds. Elles ont pointé du doigt une forme d’attentisme voire d’inefficacité dans la prise en compte politique de ces phénomènes de précarité et de pauvreté qui minent la démocratie…alors même que normalement notre république est démocratique, sociale et solidaire. Ce le redire est une chose mais cela ne suffira pas. François Mabille a rappelé le rôle et l’émergence des catholiques…sociaux il y a plus d’un siècle.

 

On n'a pas fini de parler de Jules Lemire...

Pour l'association "Mémoire de l'Abbé Lemire" qui tenait son assemblée générale ce 8 mars 2014 à Hazebrouck, Jules Lemire est un homme aux valeurs actuelles et universelles. Pour le nouveau Président Jean-Philippe Le Guevel, il faut continuer d'entretenir la mémoire de l'Abbé et transmettre...dans la droite ligne de son prédécesseur Gilbert Louchart qui depuis 1999, date de création de l'association, s'est démené sans compter: remise en état de la maison, mise en place des accueils, lancement du bulletin, restauration des cahiers et mise en ordre des archives.

WP_004861.jpgCelui qui fut député de 1893 à 1928 et maire d'Hazebrouck de 1914 à 1928, année de son décès, continue de susciter un intérêt grandissant. Plus de 700 personnes ont visité la maison d'Hazebrouck en 2013 dont 400 scolaires (visites gratuites le 1er dimanche de chaque mois de 14h30 à 17h30, 5 Ter Square St Eloi et visites possibles sur rendez-vous).

L'association qui a rendu hommage à Jean-Marie Mayeur, auteur d'une thèse de référence sur Jules Lemire, a connu une année extraordinaire. D'abord avec la publication d'un biographie actualisée de l'Abbé par Jean-Pascal Vanhove, Vice-Président de l'association.

Et puis ensuite avec la sortie des cahiers de l'Abbé, deux tomes de plus de 1000 pages. Un travail de titans réalisé par Jean-Pascal Vanhove et Jean-Pierre Delannoy, docteur en droit, natif du coin, qui dit modestement avoir amorcé la pompe avec des annotations, des renvois et un index. Un travail remarquable qui permet selon Jean-Pierre Delannoy de mettre en évidence une "périodisation des fréquentations et des amitiés de l'Abbé Lemire".

Le Président Le Guevel a salué cette immense travail, repris dans le bulletin de l'association avec un hommage à Jean-Marie Mayeur, ainsi qu'un long article de Jean-Pascal Vanhove sur l'Abbé Dabry.

WP_004855.jpgL'association ne manque pas de talents puisque le second Vice-Président, passionné d'informatique et professeur de mathématiques en retraite, réalise des films à la demande. L'assemblée générale de 2014 était l'occasion de projet un film réalisé en 2010, intitulé: "100 ans après...Hazebrouck, zone de guerre, de l'arrivée en 1914 des refugiés des zones occupées jusqu'à l'inauguration du monument de la victoire en 1925". Un film émouvant qui nous plonge dans la dure réalité de celui qui est maire en 1914, Jules Lemire consignant tous les événements, de l'arrivée de 3500 réfugiés en août 1914 à la création d'un hôpital militaire anglais. La ville a payé un lourd tribut avec 312 victimes, 75 disparus, 988 mutilés et blessés.

On retrouvera Jean-Pascal Vanhove, Jean-Pierre Delannoy et Christophe Bellon, historien, pour un double hommage à Jules Lemire et Jean-Marie Mayeur à l'Université Catholique de Lille le mercredi 16 avril prochain à 17h. Si le député-maire d'Hazebrouck actuel, Jean-Pierre Allossery, a pu indiquer que les cahiers sont maintenant à disposition dans la bibliothèque de l'Assemblée Nationale...en attendant un hommage plus officiel, il s'agit de continuer de faire connaître la vie de l'Abbé Lemire: prêtre et député, c'était rare à l'époque, il souhaite que chacun puisse posséder un coin de terre pour permettre de vivre mieux (d'où la création des jardins ouvriers - 204 encore aujourd'hui à Hazebrouck), il consacre sa vie à améliorer le sort des plus humbles et grâce à son action, l'Eglise n'est plus perçue de la même manière, ni pas ses partisans..ni par ses opposants. Si cela n'est pas d'actualité...

http://memoire-abbe-Lemire.monsite-orange.fr/

Les cahiers sont disponibles dans les librairies d'Hazebrouck et aussi au Mont des Cats, à la Procure et librairie Tirloy à Lille.

WP_004860.jpg

 

S'initier à une pensée sociale...vive...

WP_004805.jpg

Et qui fait vivre ! C’est en substance le message profond que tenait à adresser aux Antennes Sociales, Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et Président du Conseil Famille et Société de la Conférence des Evêques de France, le 24 février dernier, en conclusion d’une journée consacrée à l’Europe...et à la présentation d’un ouvrage «Notre bien commun, politique, travail, propriété, styles de vie, familles, migrations ».

Ce « parcours » c’est pour se mettre au travail, pour initier à s’exercer à élaborer une pensée sociale. Il vient compléter la sortie du compendium en 2005 et le site plus récent du CERAS qui offre une approche contextualisée. Mgr Brunin rappelle que la pensée sociale est en évolution. Il s’agit pour les chrétiens de promouvoir la richesse de cet enseignement social de manière « à ce qu’il ne reste pas le secret le mieux gardé ». Pour des jeunes générations, des groupes de chrétiens en paroisse, des membres de groupes apostoliques, des acteurs divers, ce « parcours » suscitera des espaces de rencontres pour construire une pensée en permettant d’enrichir celle qui existe. Cela doit permettre l’exercice d’une vie citoyenne avec une implication éclairée.

 

notre-bien-commun-150432.jpg

Que les choses soient claires : ce parcours est une initiation. Il n’a pas la prétention de tout explorer de la pensée sociale mais de permettre de travailler la pensée sociale ensemble. L’approche est ainsi par thématiques et non par l’histoire. Le parcours est agrémenté d’un DVD (compris dans le prix global de 10€). Avec des vidéos apéritives, puis un enseignement sous forme de vie, on suscite d’abord les questions. Puis avec le livre qui donne des pistes pour réfléchir, on va ainsi plus loin.

Marie-Laure Dénès qui était présente et qui a rédigé un chapitre insiste sur le fait que si l’Eglise a une pensée, l’Eglise c’est nous. La pensée sociale nous renvoie à notre propre responsabilité et à notre intelligence.

Après cela, on a essayé, en visionnant les vidéos.

Il ne restait plus qu’à Mgr Brunin à conclure, soulignant que l’expertise de celles et ceux qui sont dans la vie sociale est aujourd’hui nécessaire…pour les évêques et la communauté chrétienne. C’est essentiel qu’il y ait des lieux pour débattre des questions de société et y réfléchir. Dans une période qui met au défi de tenir debout comme chrétiens, pour rendre compte d’une espérance qui les habite. Par une attitude d’ouverture et d’empathie avec toutes les questions de nos contemporains, il en va d’une Eglise qui se veut « mise en œuvre » par des chrétiens compagnons d’humanité. C’est là pour Mgr Brunin la différence avec une Eglise contestataire, attestataire, exhortative. L’Eglise doit être profondément dialogique, c’est la posture prise avec Vatican II.

Il faut donc entrer en dialogue sur le terrain rationnel pour être audibles par tous. Témoigner de façon audible en laissant de côté le jargon de tribu. Et bien voilà une belle feuille de route…pour faire vivre une pensée sociale vive !

En savoir plus http://arras.catholique.fr/page-35071.html

 

12/02/2014

L'homme et les technosciences...

Deux phénomènes d’une grande importance se font jour: D’une part, une accélération des progrès scientifiques et techniques dans le champ de plusieurs domaines très innovants : nanotechnologies, biotechnologies,  technologies  de l’information et sciences cognitives. D’autre part, ce que les spécialistes appellent « la convergence technologique » de ces différentes technosciences.

Cette « révolution technologique » en cours n'est pas un choix mais un fait historique.

Comme pour les enjeux écologiques, toute la question est de savoir comment l'humanité peut traverser cette transition.

Ces évolutions très rapides façonnent en effet considérablement les  orientations économiques, sociales et sociétales des sociétés modernes.

Certains voient dans ces avancées technologiques un saut qualitatif inédit porteur de progrès sans précédents pour apporter des réponses aux problèmes auxquels l’humanité est confrontée.

D’autres, en revanche, y lisent  avant tout la poursuite d’un déterminisme technologique qui consiste à voir dans la technique une logique d’efficacité qui déterminerait un mode autonome de développement sur lequel l’homme n’aurait qu’une prise limitée de maitrise et d’orientation. 

Dans ce contexte, des courants de pensée s’affirment qui voient dans la figure de « l’Homme augmenté », l’avenir de l’humanité. Ces orientations sont d’autant plus prégnantes que des masses considérables de flux financiers sont désormais dirigés vers ces secteurs d’activités et leur recherche-développement.

Ces évolutions posent dés lors de nombreuses questions éthiques, anthropologiques, démocratiques. Mais elles questionnent en premier lieu l’évolution de notre rapport au Temps : ces technologies et leur utilisation massive sont-elles à l’origine de la sensation d’une accélération de la vie sociale dans toutes ses dimensions ? Et en second lieu notre rapport à l’Altérité : est-ce que l’augmentation de la puissance d’interconnexion et donc de créativité est mise au service de tous ?

La question qui se pose à nous pourrait s’énoncer ainsi  : A quelles conditions le monde technoscientifique à l’œuvre favorise-t-il encore l’humain ? Ou, plus précisément : Comment passer de la croissance de la puissance de connexion au partage de l'intensité de la création ?

A retrouver dans le lien n°4 des Semaines Sociales Nord-Pas-de-Calais

 

 

 

01/02/2014

Il y a 60 ans....

 

image001.jpgEn ce moment, mobilisation pour les Sans Voies, Place de la République à Lille.

Le 21 février prochain, présentation du 19ème rapport annuel sur l'état du mal logement en France.

9 heures   Accueil des participants par le Comité régional de la Fondation Abbé Pierre.

9 heures 30  Vidéo « Rétrospective : une année de mal-logement »
 Présentation de l’état du mal-logement en France et ses différentes formes sur les   territoires par Patrick Doutreligne, Délégué Général de la Fondation Abbé Pierre.
 Vidéo « Emploi et mal-logement : quand les galères se cumulent. » > réactions et débat avec la salle.

10 heures 45  Eclairage sur la politique locale de l’habitat.
 Vidéo « micro trottoir », Témoignages et réactions d’habitants de la métropole. 
 Résultats du sondage IPSOS exclusif « les Français et le logement  à la veille des élections municipales ».

11 heures 15 Tribune « Politique du logement et collectivités locales ».
 Interpellation sur les enjeux de précarité énergétique et de la ville durable  en présence de : > Marc-Philippe Daubresse, UMP > Sylviane Delacroix, PCF > Olivier Henno, UDI > Gilles Pargneaux, PS > Slimane Tir, EELV   > réactions et débat avec la salle.  

13 heures Clôture autour d’un verre de l’amitié.
Accès Université Lille 2, 1 place Déliot, Campus Moulins. Accès métro ligne 2 arrêt « Porte de Douai » accès par la rue de Mulhouse.