Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2014

Votre implication dans la session nationale: merci de confirmer !

3 modes d'implication dans la prochaine session des Semaines sociales qui se tiendra du 21 au 23 novembre 2014 à Lille sur le thème "L'homme et les technosciences : le défi", sont possibles:

  • Si vous avez des apports et expériences à partager sur ce que les technosciences changent dans notre rapport au temps, aux personnes, au savoir, à la santé, à la démocratie....: nous vous suggérons de mettre en place un/des ateliers (Samedi matin) et/ou de proposer un intervenant pour les "conversations avec" (dimanche matin)
  • Si vous êtes moins à l'aise sur les technosciences : nous vous invitons à animer des ateliers clef en main (samedi matin) que les Semaines Sociales de France sont en train de mettre en place. Ces ateliers seront faciles à animer car ils s'appuieront sur des formes pédagogiques simples (photo-langage, jeu d'argumentation pour ou contre...). Le rôle de l'animateur consistera surtout à faciliter les échanges entre les participants.

=>  Nous espérons donc vivement pouvoir compter sur votre implication ! Merci de nous indiquer votre intention d'implication avant le 10 juin dernier délai, à l'aide du formulaire.

NB : Si vous êtes sûr de vous impliquer dans les ateliers, merci de joindre votre logo qui figurera ainsi dans notre brochure.

Si vous hésitez sur votre mode d'implication, nous sommes à votre disposition pour échanger avec vous. Nous avons besoin de bénévoles, de personnes en situation d'accueillir des jeunes européens, d'héberger des participants, etc.  N'hésitez pas à nous contacter vinckier.denis@numericable.fr

 

De plus, vous trouverez en cliquant ici le pré-programme de la session que nous vous invitons à diffuser largement. Parce que les technosciences font partie de notre quotidien, parce qu'elles transforment nos manières de travailler, de vivre et de penser, parce que l'on peut être à la fois effrayé et fasciné, il est essentiel de se saisir du sujet, d'en cerner les enjeux et de mieux se préparer à ce monde qui vient. Nous comptons donc sur votre aide pour faire connaître cet événement important !

08/05/2014

La session nationale est lancée en Nord-Pas-de-Calais !

10259816_10152400972508398_3919270412340741704_n.jpgHier soir, à l'invitation de Jean-Marc Bailleul, délégué de l'Evêque aux mouvements et associations de fidèles et de Denis Vinckier, Président des Semaines Sociales Nord-Pas-de-Calais, une première rencontre a été organisée à la MAL, 39 rue de la Monnaie à Lille, en présence de Jean-Pierre Rosa, délégué général des Semaines Sociales de France accompagné de Marie Doubliez, son adjointe. D'autres rencontres suivront avec d'autres mouvements dans les semaines à venir. Une seconde est programmée à Raismes vendredi 16 mai. Une réunion a été programmée le 13 juin prochain avec des mouvements jeunes afin de réfléchir aux modalités d'implication des moins de 35 ans dans la session.

En cliquant ici et en primeur le premier flyer de la session pour dès à présent bien retenir les dates, les inscrire en rouge dans les agendas, commencer à en parler autour de soi.

Egalement un document très important concernant l'implication des mouvements, associations, groupes locaux, etc dans la session. En effet, cette session nationale qui se tient en région doit mobiliser les acteurs à tous niveaux. Merci de retourner sous forme d'intention vos souhaits de participation sur le fond de la session pour fin mai (officialisation en juin).

Si par ailleurs, vous souhaitez nous aider pour l'accueil des jeunes délégations étrangères (plus de 100 jeunes européens notamment de l'est participent à la session) mais aussi l'accueil des 2000 personnes que nous attendons les 21, 22 et 23 novembre, merci de le faire savoir dès maintenant.

Un document de présentation de la session arrive dans les prochains jours.

 

09/03/2014

Censé travailler ou travailler sensé ?

 

56_htmlarea_actu_19013_0.jpgParce qu’il n’est pas toujours simple de conjuguer premier emploi,  plan de carrière ou réorientation professionnelle avec ses convictions, le groupe Jeunes des Semaines sociales de France propose deux jours de réflexion, d’échanges et de rencontres pour  réfléchir au sens du travail et découvrir  la réflexion de l’Église sur le travail et la vie en société.

 

  • Quel métier choisir ?
  • Qu’apporte mon travail à la société ?
  • Quel équilibre trouver entre  vie perso et vie pro ?
  • Au chômage, comment trouver sa place dans la société ?
  • Comment concilier mon travail et mes valeurs ?

Pendant deux jours, les 5 et 6 avril à ANGERS, venez échanger, débattre, rencontrer, confronter vos idées ! 

 

Mêlant témoignages, ateliers, visites de terrain et conférences, ces deux jours permettront aux participants de dégager des points de repères pour leur vie professionnelle.

http://travaillersense.fr

 

 

S'initier à une pensée sociale...vive...

WP_004805.jpg

Et qui fait vivre ! C’est en substance le message profond que tenait à adresser aux Antennes Sociales, Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre et Président du Conseil Famille et Société de la Conférence des Evêques de France, le 24 février dernier, en conclusion d’une journée consacrée à l’Europe...et à la présentation d’un ouvrage «Notre bien commun, politique, travail, propriété, styles de vie, familles, migrations ».

Ce « parcours » c’est pour se mettre au travail, pour initier à s’exercer à élaborer une pensée sociale. Il vient compléter la sortie du compendium en 2005 et le site plus récent du CERAS qui offre une approche contextualisée. Mgr Brunin rappelle que la pensée sociale est en évolution. Il s’agit pour les chrétiens de promouvoir la richesse de cet enseignement social de manière « à ce qu’il ne reste pas le secret le mieux gardé ». Pour des jeunes générations, des groupes de chrétiens en paroisse, des membres de groupes apostoliques, des acteurs divers, ce « parcours » suscitera des espaces de rencontres pour construire une pensée en permettant d’enrichir celle qui existe. Cela doit permettre l’exercice d’une vie citoyenne avec une implication éclairée.

 

notre-bien-commun-150432.jpg

Que les choses soient claires : ce parcours est une initiation. Il n’a pas la prétention de tout explorer de la pensée sociale mais de permettre de travailler la pensée sociale ensemble. L’approche est ainsi par thématiques et non par l’histoire. Le parcours est agrémenté d’un DVD (compris dans le prix global de 10€). Avec des vidéos apéritives, puis un enseignement sous forme de vie, on suscite d’abord les questions. Puis avec le livre qui donne des pistes pour réfléchir, on va ainsi plus loin.

Marie-Laure Dénès qui était présente et qui a rédigé un chapitre insiste sur le fait que si l’Eglise a une pensée, l’Eglise c’est nous. La pensée sociale nous renvoie à notre propre responsabilité et à notre intelligence.

Après cela, on a essayé, en visionnant les vidéos.

Il ne restait plus qu’à Mgr Brunin à conclure, soulignant que l’expertise de celles et ceux qui sont dans la vie sociale est aujourd’hui nécessaire…pour les évêques et la communauté chrétienne. C’est essentiel qu’il y ait des lieux pour débattre des questions de société et y réfléchir. Dans une période qui met au défi de tenir debout comme chrétiens, pour rendre compte d’une espérance qui les habite. Par une attitude d’ouverture et d’empathie avec toutes les questions de nos contemporains, il en va d’une Eglise qui se veut « mise en œuvre » par des chrétiens compagnons d’humanité. C’est là pour Mgr Brunin la différence avec une Eglise contestataire, attestataire, exhortative. L’Eglise doit être profondément dialogique, c’est la posture prise avec Vatican II.

Il faut donc entrer en dialogue sur le terrain rationnel pour être audibles par tous. Témoigner de façon audible en laissant de côté le jargon de tribu. Et bien voilà une belle feuille de route…pour faire vivre une pensée sociale vive !

En savoir plus http://arras.catholique.fr/page-35071.html

 

12/02/2014

L'homme et les technosciences...

Deux phénomènes d’une grande importance se font jour: D’une part, une accélération des progrès scientifiques et techniques dans le champ de plusieurs domaines très innovants : nanotechnologies, biotechnologies,  technologies  de l’information et sciences cognitives. D’autre part, ce que les spécialistes appellent « la convergence technologique » de ces différentes technosciences.

Cette « révolution technologique » en cours n'est pas un choix mais un fait historique.

Comme pour les enjeux écologiques, toute la question est de savoir comment l'humanité peut traverser cette transition.

Ces évolutions très rapides façonnent en effet considérablement les  orientations économiques, sociales et sociétales des sociétés modernes.

Certains voient dans ces avancées technologiques un saut qualitatif inédit porteur de progrès sans précédents pour apporter des réponses aux problèmes auxquels l’humanité est confrontée.

D’autres, en revanche, y lisent  avant tout la poursuite d’un déterminisme technologique qui consiste à voir dans la technique une logique d’efficacité qui déterminerait un mode autonome de développement sur lequel l’homme n’aurait qu’une prise limitée de maitrise et d’orientation. 

Dans ce contexte, des courants de pensée s’affirment qui voient dans la figure de « l’Homme augmenté », l’avenir de l’humanité. Ces orientations sont d’autant plus prégnantes que des masses considérables de flux financiers sont désormais dirigés vers ces secteurs d’activités et leur recherche-développement.

Ces évolutions posent dés lors de nombreuses questions éthiques, anthropologiques, démocratiques. Mais elles questionnent en premier lieu l’évolution de notre rapport au Temps : ces technologies et leur utilisation massive sont-elles à l’origine de la sensation d’une accélération de la vie sociale dans toutes ses dimensions ? Et en second lieu notre rapport à l’Altérité : est-ce que l’augmentation de la puissance d’interconnexion et donc de créativité est mise au service de tous ?

La question qui se pose à nous pourrait s’énoncer ainsi  : A quelles conditions le monde technoscientifique à l’œuvre favorise-t-il encore l’humain ? Ou, plus précisément : Comment passer de la croissance de la puissance de connexion au partage de l'intensité de la création ?

A retrouver dans le lien n°4 des Semaines Sociales Nord-Pas-de-Calais